Covid-19 : Deux garçons meurent en cours de sport alors qu’ils portaient des masques

Chaque jour, des histoires concernant le coronavirus viennent ébranler le monde entier par leur caractère tragique. Ce récit en fait partie puisque, malgré qu’ils aient pris toutes leurs précautions, deux garçons chinois sont morts. Ils étaient en cours de gym à l’école et se sont effondrés. Les collégiens avaient seulement 14 ans en rendant leur dernier souffle et de périr des suites de ce virus mortel. Ils ont laissé derrière eux des parents éplorés et dévastés de ces décès inattendus. Cette actualité affligeante nous est relayée par nos confrères du site américain The New York Post.

Ces faits divers ponctuent quotidiennement nos fils d’actualités et n’en sont pas moins malheureux. Cette fois-ci, c’est deux jeunes garçons qui décèdent de ce terrible virus qui ébranle le monde entier. Pourtant, les défunts portaient des masques pendant qu’ils étaient en cours de sport. Ils sont morts à quelques jours d’intervalles dans le même établissement. Alors qu’en Chine le déconfinement a déjà été entamé depuis quelques semaines, cette nouvelle touche l’Empire du Milieu qui a succombé sous les ravages du coronavirus qui a émergé dans la province de Wuhan.

Un effondrement soudain

Deux adolescents sont morts en Chine à seulement une semaine d’intervalle en tombant en plein cours de gymnastiques. Les victimes du virus mortel portaient pourtant des masques lors de cette session sportive. A 14 ans, ils font partie des innombrables victimes du Covid-19, qui a émergé dans la province chinoise de Wuhan. Les jeunes garçons faisaient ce jour-là un test d’examen physique avant de s’effondrer soudainement sur le sol. Une mort impressionnante alors que chacun avait pris ses précautions.

Une mort inattendue

Si la mort de ces adolescents est inattendue, c’est surtout parce qu’ils ne faisaient montre d’aucun symptôme avant de mourir, pour la plus grande sidération de ses camarades de classe mais surtout de ses parents, dévastés par cette perte. L’un des garçons contaminés se rendait à son cours et est tombé en arrière le 24 avril. Son père raconte : « Il portait un masque tout en marchant sur la piste de course, puis il est soudainement tombé en arrière et s’est cogné la tête au sol ». Il explique ensuite que les enseignants et les élèves avaient tenté de le secourir avant qu’ils réalisent sa mort soudaine. Un évènement qui s’est transformé en véritable cauchemar dans cette école de province chinoise.

Un arrêt cardiaque

Le certificat de décès de l’adolescent cité précédemment était clair : arrêt cardiaque soudain. Pour l’heure, aucune autopsie n’a encore été réalisée. Selon le père du défunt, le masque a contribué à son décès soudain. « Cela ne pouvait pas être confortable de porter un masque pendant la course » stipule le père. Une remarque que nie Cao Lanxiu , professeur dans une université de médecine. Il précise : « Je ne pense pas que cela ait causé cette mort subite. Il est impossible de le dire sans autopsie. » Six jours plus tard, un autre adolescent mourra de la même manière dans la province de Hunan.

Des précautions prises par les victimes

Le dernier adolescent mort du coronavirus chinois était bien équipé puisqu’il était muni d’un respirateur N95 et a couru 1000 mètres avant son décès. Aujourd’hui, rien ne précise que les masques ont été impliqués dans ces histoires tragiques. Les écoles où ont eu lieu ces décès ont annulé ce type d’examens, selon le rapport. D’autres provinces telles que Shaanxi et Zheijang ont également annulé ces cours pour éviter les nombreuses inquiétudes concernant la santé des élèves. Des mesures nécessaires lorsqu’on sait qu’ils sont hypothétiquement la cause de ces décès jusqu’aux conclusions de l’autopsie.

Le deuil d’un enfant : une épreuve dévastatrice

Quelle que soit la cause, le décès d’un enfant est un évènement qui peut laisser des stigmates définitifs. Choc, sidération, colère, marchandage sont autant d’états émotionnels qui mènent vers l’acceptation. Il est indispensable que les parents qui subissent cette épreuve de ne pas se replier sur eux-mêmes et d’échanger avec d’autres parents qui ont souffert de ce drame. Il est possible également d’envisager un accompagnement thérapeutique afin de mettre des mots sur les maux qui découlent de ce traumatisme qui peut parfois entraîner une profonde culpabilité. Des réunions ont également lieu afin de communiquer autour de cette souffrance parfois jugée taboue.

Source

Commentaires

Commentaires

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.