Sans argent pour payer leurs frais médicaux, il tue sa femme et se suicide

La Fédération Française de psychiatrie avait évoqué lors de la Conférence de consensus de 2000 sur la crise suicidaire qu’il existe trois types de facteurs de risque au suicide : des facteurs primaires dont les troubles psychiques, des facteurs secondaires dont le stress et l’endettement, et les facteurs tertiaires dont le sexe et l’âge. Trois fois plus de suicides sont commis par les hommes en comparaison aux femmes, et la détermination augmente à partir de 65 ans. Un homme de 77 ans en proie à des difficultés financières n’a pas résisté à ses envies suicidaires selon le Washington Post.

L’américain Brian S. Jones âgé de 77 ans et sa femme Patricia Whitney-Jones, 76 ans, ont été retrouvés morts dans le comté de Whatcom, à Washington, après que l’homme ait appelé la police prévenant qu’il mettrait fin à ses jours.

Son endettement à l’origine d’un meurtre et d’un suicide

Lors de son appel à la police, ce sénior a dit à un agent qu’il avait “écrit une note” pour le shérif expliquant son crime et son suicide. En effet, Jones se préparait à tuer sa femme et à se donner la mort à cause des frais médicaux, source d’inquiétude et de désespoir. Il a ainsi mis fin à ses jours et à ceux de sa partenaire dans un acte ultime de détresse. Les cadavres du couple ayant été retrouvés dans la chambre de leur maison.

Selon Paris Match, le message du mari a bien été retrouvée. Dans sa lettre, le défunt explique en détails les problèmes de santé de sa femme et dit s’inquiéter de ne pas avoir les ressources suffisantes pour payer les factures liées à ses frais médicaux ».

Selon le légiste du comté de Whatcom, Brian S. Jones aurait d’abord tué sa femme avec une arme à feu, en lui portant une balle à l’arrière de la tête, avant de se tirer lui-même trois balles. « C’est tellement tragique que l’un de nos citoyens âgés se trouve dans une situation de désespoir telle qu’il puisse penser que tuer et se suicider soit sa seule option », a déclaré le shérif du comté.

Les difficultés financières, cause de suicide ?

Les difficultés financières et l’endettement font partie des nombreux facteurs de risque du suicide, mais ce ne sont pas les raisons ultimes du passage à l’acte. Selon Axel Geeraert, directeur du centre de prévention du suicide, “il n’y a pas une seule raison qui puisse expliquer un suicide ou une tentative de suicide.”. Pour lui, il faut prendre l’individu et son environnement dans leur globalité, c’est à dire que c’est l’accumulation des évènements négatifs et les troubles que cela engendre qui peuvent être responsables du déclenchement des envies suicidaires. Il ajoute que “le fait de ne plus pouvoir contrôler sa vie peut être ressenti par certains comme extrêmement anxiogène.”.

Jean Van Hemelrijck, psychologue, psychothérapeute et superviseur de médiateurs de dettes a exprimé au journal belge les Echos du crédit qu’“être en situation de surendettement peut signifier que la personne ne se sent plus digne d’appartenir à la communauté. L’argent peut intervenir dans le rapport narcissique qu’elle entretient avec elle-même” c’est à dire que pour elle, celui-ci est un critère de réussite sociale et en être dépossédée pousse au désespoir.

Une autre tribune du psychologue pour le journal RTBF revient sur le suicide qui est généralement prémédité, car pour la personne la mort est une solution aux nombreux problèmes considérés comme impossibles à surmonter. Le fait d’avoir un “plan” rassure face à la perte de contrôle et aux tourmentes et on se sent rapidement soulagé d’y penser. Il est donc important de prévoir des campagnes de sensibilisation et un accompagnement pour faire émerger des projets d’amélioration meilleurs.

Source

Commentaires

Commentaires

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.